Le Soi nié engendre les maladies à soigner

Voici un extrait de lecture du livre de Marc Vella, « L’éloge de la fausse note« . Une merveille à lire dont je vous partage ce passage. Il fait référence au mot « soigner », qui peut se lire « soi nié » en langue des oiseaux.

L’importance de se relier à Soi

« Au lieu de se relier à leur soi profond, ils se connectent à internet pour regarder les vidéoclips de leurs idoles, addicts à cette pseudo-réalité. Ils n’ont pas compris que la vie est autre, au bord du silence, au coeur du Soi en résonnance avec le coeur du cosmos tout entier…

Mais le Soi, qu’est-ce donc ?
Le Soi, dès qu’il chante est souvent réduit rabaissé, sali. Du coup qui a vraiment envie d’aller à sa rencontre ? Si bien que peu de gens vont vers eux-mêmes.

Voilà pourquoi il n’y a rien d’étonnant à voir dans les transports en commun et les rues des grandes métropoles des millions de personnes errer sans joie dans leur vie. N’étant pas vraiment reliées à elles-mêmes, elles ne voient pas le sens profond de l’existence.

Dans notre monde, la seule connexion qui vaille, c’est internet. L’épanouissement se trouve hors du Soi, vendu chèrement par des marchands d’illusions. Il est clair que le système économique se nourrit grassement de cette négation du Soi qui engendre des frustrations sans borne. 

L’origine des maladies à soigner

Le Soi nié génère les maladies à Soi-gner.
Le Soi nié rend les gens consommateurs, dépendants, corvéables à merci, facilement contrôlables. Partout dans les villes le bruit est là, incessant, véritable pollution à la fois visuelle et sonore, qui nous coupe de nous-mêmes. Cette pollution nous coupe de ce qui vibre dans le vivant, nous masque la grâce.

« Plus l’individu est frustré, plus il consomme. »

Marc Vella

L’art pour soigner

L’artiste a vraiment un rôle à jouer.
Et pour cela il doit se poser plusieurs questions : que et qui veux-je servir lorsque je crée et reçois la grâce ?
L’art est-il un exutoire dans lequel je déverse ma colère, mes rancoeurs, mes fantasmes ? Est-il un outil de séduction qui envoûte ?
Ou alors, par mon art, vais-je faire en sorte que les autres découvrent leur trésor intérieur ?
L’art doit-il être au service de son nombril ou de la révélation du Soi de chacun ? 

Il n’y a pas de meilleure guérison pour la planète que la révélation du Soi. Cela libère la personne de ses doutes. Elle s’ouvre enfin à la grâce, à la poésie du monde, au subtil de la vie. Elle s’ouvre à l’amour, elle devient amour. Par l’art, il nous faut aborder l’être humain vraiment différemment, avec douceur et bienveillance, afin de faire émerger ce « nouveau » qui dort en lui. Tout le vrai et juste travail d’un artiste consiste à relier la personne à la grâce. »

« Presque tous les ados manquent de confiance en eux et ne mesurent pas encore l’infini des possibles qu’ils ont à leur portée. »

Marc Vella

J’espère que sorti de son écrin, ce texte n’a pas perdu de sa substance. Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce livre.

Vous pouvez trouver mes lectures préférées sur cette page.

Emeline Courcelle

Emeline Courcelle

Apprentie naturopathe

Laisser un commentaire