Le tact, un art tout en finesse

J’ai toujours autant de plaisir à relire ce texte Le tact, vertu du pédagogue, écrit par Eirick Prairat pour le site The conversation. Je t’invite à le lire en entier ici.  Il me plaît aussi bien sur le contenu que sur la forme, je le trouve merveilleusement bien rédigé. Voici mes passages préférés :

Le tact est souci du lien

« Certes, c’est une vertu de peu, presque invisible, mais nous aurions tort de la sous-estimer ou de la négliger car elle se révèle et excelle dans le jeu des échanges et des interactions. Le tact est souci du lien. »

Ne pas brusquer & donner confiance

« La parole empreinte de tact ne vise aucune conquête, elle n’est à l’assaut d’aucune citadelle. Elle cherche tout simplement à ne pas malmener, à ne pas brusquer. Elle vise aussi à stimuler, à donner confiance ou à révéler en l’autre des ressources insoupçonnées. »

Le tact est art des distinctions et des individuations

« Le tact est à la fois sens de l’à-propos et sens de l’adresse. Sens de l’à-propos, car il renvoie à l’idée d’un geste adéquat et d’une parole appropriée. Conscience aiguë de ce qui mérite d’être dit ou d’être fait, de la manière dont il faut le dire ou le faire.
Avoir du tact, c’est savoir s’ajuster à la situation particulière que l’on en train de vivre. Si le sens de l’à-propos témoigne d’un sens de la situation ; le sens de l’adresse atteste d’une capacité à discerner et à reconnaître. S’adresser à Paul ce n’est pas parler à Jacques, et parler à Jacques ce n’est pas s’adresser à Pauline. Le tact est art des distinctions et des individuations. »

Il est de l’ordre de la perception

« Le tact se défie des règles et des principes, il est de l’ordre de la perception dans ce que celle-ci a de plus immédiat. »
Le tact, un art tout en finesse

 

Laisser un commentaire