La pilule ou l’acné ?

Une fille devrait-elle choisir la pilule contraceptive pour éradiquer les boutons disgracieux ? J’en parle car c’est ce qui m’a amené à la prendre il y a une dizaine d’années.

Si l’on ne regarde pas de trop près, le choix paraît si simple : hop, une pilule « magique » et l’acné disparaît ! Tout dépend de ce que l’on entend par « magique ». La pilule établit un nouvel ordre hormonal dans le corps. Certes, la première chose que l’on constate c’est une réduction de l’acné (pour celles qui n’ont pas la chance d’avoir une peau « nette »). Mais il se passe tellement de choses dans notre corps que l’on ne voit pas, que l’on ne soupçonne pas. Et cela, on y pense beaucoup moins, pour ne pas dire pas du tout.

pilule-acne

Adolescente, je ne me suis jamais posée de questions quant aux effets secondaires de la pilule contraceptive. D’ailleurs, pourquoi m’en inquiéter si c’est un médecin qui me l’a prescrit ? Ce qui me frappe aujourd’hui en interrogeant mes proches, c’est qu’il semblerait que les gynécologues ne procèdent pas à des examens pour vérifier que leurs patientes supporteront la pilule ou pas (bilan thrombophilie, bilan sanguin et examen du réseau veineux). Et ils n’ont pas l’air de nous prévenir des effets secondaires non plus.

Jeune adulte, le scandale de la Diane 35 ne m’a pas perturbé plus que ça. J’avoue ne pas m’être vraiment intéressée au sujet mais je crois que j’ai tout de même lu la notice. Mais après 10 ans de prise, j’avais l’air de la tolérer donc pourquoi l’arrêter ?

Aujourd’hui, je m’interroge et je souhaite que vous aussi !

En ce moment, je lis consciencieusement le livre « Un chat heureux en appartement » car je m’apprête à adopter une boule de poils. Aucun rapport avec la pilule ? Je vous teste pour savoir si vous êtes des lecteurs attentifs _ 🙂 Just kidding. Le rapport le voici : dans le chapitre « Gérer sa sexualité », il est fortement déconseillé d’avoir recours à la pilule. Je cite :

Le recours aux contraceptifs (« pilule pour chats » ou injection de progestatifs) est déconseillé, car les hormones peuvent entraîner une hypertrophie mammaire (augmentation spectaculaire des mamelles), une prise de poids importante, et une métrite, infection de l’utérus nécessitant une opération en urgence. La contraception chimique n’est donc pas une solution.

Donc si je comprends bien, c’est déconseillé pour nos compagnons à quatre pattes mais pour nous autres bipèdes… pas de problème ?

pilule-chat

Si le scandale de la Diane 35 flotte dans les esprits, combien ont les idées claires sur les risques qui pèsent vraiment ? Comme ça ne fait pas de mal de les connaître, je vous fais un récapitulatif à partir du chapitre « Effets secondaires des pilules : des effets passés sous silence » du livre « La pilule contraceptive » du Professeur Henri Joyeux et Dominique Vialard :

  • Risque de thrombose artérielle
  • Accident vasculaire cérébral
  • Tumeur bénigne du sein, fibroadénome
  • Tumeur bénigne du foie, adénome
  • Kystes ovariens, voire même cancer des ovaires
  • Atrophie progressive des deux ovaires
  • Perturbation de la libido naturelle par disparition des jours féconds autour de l’ovulation
  • Dépression immunitaire chronique pour les longues consommations
  • Phénomènes allergiques de toute nature (plaques rouges et gonflées qui démangent)
  •  Anxiété, insomnies, difficultés de concentration (dus aux excès d’oestrogènes)
  • Etat de léthargie (la progestérone semi-naturelle ralentit l’excitabilité des cellules cérébrales)
  • Risques de virilisation : hirsutisme, acné, perte de cheveux
  • Tensions mammaires, maux de têtes ou céphalées
  • Hypercholestérolémie fréquente et hypertension artérielle (ces effets indésirables sont dus à la consommation d’hormones stéroïdes en excès qui contiennent le noyau cholestérol)
  • Rétention d’eau

Voili voilouuu ! ça donne envie…

Source : « La pilule contraceptive« 

Emeline Courcelle

Emeline Courcelle

Apprentie naturopathe

1 comment

  1. « Combien ont les idées claires sur les risques qui pèsent vraiment ? » Cette question, on pourrait la décliner et la poser pour l’ensemble des sujets de société (en incluant la santé) où tout (semble) coule(r) de source. La pilule n’est, malheureusement, qu’un exemple de malinformation et/ou désinformation parmi tant d’autres.
    Pour en revenir à l’article, j’ai envie de dire « Vive le préservatif ! » 😉

Laisser un commentaire